06 60 12 18 86Communication locale
Menu

Moins d’acheteurs en 2019, et pourtant…

Publié le 25/02/2019, dans Finances

 

5% des ménages déclaraient vouloir acheter en 2018; En 2019, ils ne sont plus que 4.2%, ce qui étayent l’idée d’un ralentissement, ou tout du moins une année moins prolixe que les 2 précédentes. Pourtant, les taux d’emprunt n’ont jamais été aussi bas, et le désir de propriété aussi fort.

Les freins à l’acquisition

L’achat immobilier reste pour beaucoup un objectif de vie, puisque 75% de français considèrent encore que l’accession à la propriété est un élément essentiel pour le bien être de la famille. 89% des 25-34 ans et 91% des personnes âgées de 35 ans et plus interrogées considèrent même qu’il s’agit d’une priorité. On le voit l’engouement pour l’achat immobilier reste fort, mais après 2 années de forte croissante, on pourrait assister cette année à un tassement. En cause, une détérioration du ressenti en matière de pouvoir d’achat, et le sentiment pour 46% des ménages déjà engagés dans un prêt immobilier que leur situation financière se détériore. Une partie trouve même  leur taux d’endettement et donc le poids de leurs charges de remboursement trop élevés (+1,8 point en un an).

Autre facteur de frein, les prix de l’immobilier; Ceux-ci ont augmenté entre 0.9 et 3.5% selon les villes d’après la FNAIM. Cette tendance peut décourager certains acheteurs. Ceux qui franchissent quand même le pas « compensent cette hausse » grâce aux tas bas et à l’allongement de la durée d’emprunt qui atteint aujourd’hui 230 mois en moyenne (un peu moins de 20 ans).

Près d’un tiers des sondés déclarent également que la récente mise en place du prélèvement à la source est un obstacle important, en plus de l’âge et de la situation professionnelle pour devenir propriétaire. « Mais ces inquiétudes tiennent surtout au fait que les emprunteurs ont beaucoup de questions et d’interrogations sur l’impact du prélèvement à la source », explique Ludovic Huzieux, directeur associé d’Artémis Courtage. En effet, dans les faits, rien ne permet de dire aujourd’hui que les banques aient durcit leurs critères d’évaluation de l’endettement, le revenu imposable(donc avant impôts) restant pour beaucoup la référence dans le calcul de l’endettement

Le rôle du courtier

Dans ce contexte, le rôle du courtier est prépondérant. En constante progression depuis des années, plus de 40% des transactions se font avec leur concours. 53% de futurs acquéreurs déclarent penser à recourir au service d’un courtier dans le cadre de leur futur achat. L’objectif reste à chaque fois le même, obtenir les meilleures conditions d’emprunt du moment. Cependant, les français déclarent également attendre un niveau de conseil et de service important, notamment dans le calcul de la capacité financière, ainsi que pour la constitution du dossier.

Les taux d’emprunt n’ont jamais été aussi bas, s’affichant ainsi à 1.45% en janvier. C’est en dessous du taux de l’inflation qui vient de revenir à un niveau dépassant les 1.8%. C’est donc toujours le moment d’emprunter.  Il est maintenant – mathématiquement – possible de profiter d’un taux réel négatif lorsque l’on souscrit un prêt pour acheter son logement et donc de gagner en pouvoir d’achat, car si le taux d’inflation actuel se maintient durant toute la durée de votre prêt, le total des mensualités que vous aurez payées sera inférieur à la somme qui vous aura été prêtée ! C’est en quelque sorte l’inflation qui remboursera vos mensualités ou à tout le moins qui réduira leur coût.

Alors si vous avez un projet immobilier, n’hésitez pas à me contacter au 06.60.12.18.86. ou par mail david.marchi@artemiscourtage.com.

David MARCHI

Directeur d’agence Franchisée

Les derniers dossiers

Artemis courtage met à votre disposition une équipe de professionnels dynamiques, disponibles, réactifs qui sauront vous accompagner dans votre projet immobilier.